Pour aller plus loin: les muses et modèles préraphaélites

Ceci est un article d’approfondissement pour: « Les muses et modèles des peintres préraphaélites« .

Je vais ici vous présenter deux articles sur les deux plus célèbres muses des peintres préraphaélites: Elizabeth Siddal et Jane Morris.


Le premier article que je vais étudier est un article de blog écrit le 10 juin 2015 par Laure Nermel, titulaire d’un master à L’ENS et Paris Diderot, sur le site « Un Art Anglais« .

Le blog « Un Art Anglais » est dédié à l’art britannique, il a pour but de montrer l’étendue de cet art. Les différents auteurs du blog sont tous des titulaires. Le blog est donc sérieux, les auteurs savent de quoi ils parlent, et sont passionnés par le sujet. Laure Nermel, auteur de notre cible, a aussi écrit deux mémoires sur le sujet: Art préraphaélite, du mythe à l’image? et La peinture à sujet féerique (fin du XVIIIe s – début du XIXe s).

 

L’esthétique du blog est très simple, clair. Je trouve le fond jaune un peu trop agressif ce qui n’est pas très agréable pour les yeux. Mais tous les articles sont bien construits, accompagnés d’images. La circulation sur le site se fait facilement par un système complet de pages qui redirige vers différentes catégories. A la fin de chaque article, celui-ci renvoie à d’autres articles sur le même thème, ce qui est très pratique pour naviguer par rebond.

écran 3e article (1)

L’article du blog qui nous intéresse ici porte sur la célèbre modèle préraphaélite Elizabeth Siddal. Elle a été le modèle de Rossetti (dont elle devint la femme) et de beaucoup d’autres artistes préraphaélites.L’auteur nous rend compte de la relation d’Elizabeth Siddal et les préraphaélites, mais aussi de sa propre carrière en tant qu’artiste.

L’article est rédigé comme une sorte de fiction, ce que je trouve assez intéressant: la biographie est peut-être ainsi moins lourde.

L’article est fiable car les auteurs du site sont des personnes titulaires travaillant sur l’art britanniques du XIXe s. Le site est bien organisé, réfléchi pour que le déplacement du lecteur se fasse dans la facilité. Le seul bémol serait le design: le fond jaune me perturbe même si l’on se concentre sur l’article bien écrit et fort intéressant pour se faire une idée des relations muses/peintres.

Je vous conseille aussi un autre article du même blog, aussi écrit par Laure Nermel: « Les « stunners » de Dante Gabriel Rossetti« .

Ophelia
John Everett Millais, Ophélia, 1851-1852, huile sur toile, 76×1,12. Tate Britain. Modèle: Elizabeth Siddal.

Le second article que je vais étudier est aussi un article de blog écrit le 28 mai 2012 sur le site « Les éditions du Faune« .

Ce site se dit être un magazine littéraire et artistique cherchant à mettre en avant de nouveaux talents et construire une réflexion sur l’art du XIXe s. L’article « Jane Morris, muse préraphaélite » a été écrit par Morgause, la créatrice du webzine et passionnée par le préraphaélisme. Nous n’avons pas plus d’informations sur les auteurs (Morgause et Violette), le blog est donc à utiliser avec précaution. Le blog semble toujours d’actualité puisque le dernier article date de mars 2016.

L’esthétique du blog est simple, épuré et harmonieux. Il n’y a pas beaucoup de couleur mais cela reste agréable. Les articles sont dans l’ensemble assez courts, la police utilisées est un peu petite (pas très agréable pour les yeux), il y a vraiment beaucoup d’images. La circulation sur le blog se fait assez facilement avec un système de catégories où les articles sont classés par thèmes (cinéma, musique, mode…). Il y a beaucoup de contenus à en juger par le nombre de catégories. Je n’ai pas vu de barre de recherche, ce qui est dommage ce serait un point bonus dans ce blog qui compte beaucoup d’articles.

écran 3e article (2)

L’article du blog qui nous intéresse porte sur une autre muse célèbre: Jane Morris. Elle servit de modèle à Rossetti, Burne-Jones, William Morris (qu’elle épousera) et d’autres artistes préraphaélites. Cet article est une biographie sur Jane Morris; biographie intéressante car elle nous permet à travers un exemple, encore une fois, de comprendre la relation importante entre muses et peintres.

the blue silk dress
The blue silk dress, Dante Gabriel Rossetti, 1868, huile sur toile, 110.5×90.2, The Society of Antiquaries of London. Modèle: Jane Morris. 

Ce site est à utiliser avec précaution car il n’y a pas d’informations précises sur les propriétaires du blog. De plus celui-ci ne traite pas que de l’art préraphaélite, en effet le blog couvre des domaines très larges.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s